On découvre l’Europe du nord après 1 semaine de train et de bateau. Habitués à passer d’un pays à un autre relativement doucement, la transition est plus brutale cette fois ! On quitte la frénésie centre-asiatique pour le calme et la sérénité suédoise. Les mosquées et les chants des muezzin pour les discrètes églises et leurs clochers. Les steppes et les montagnes pour les forêts et les lacs… Le mélange ethnique des « -stans » pour l’unité patriotique suédoise (en témoignent les nombreux drapeaux sur les maisons). Bref, du contraste ! Passé le « choc », on se réhabitue très vite aux « standards européens », notamment rayon nourriture ! On vous retrace dans cet article nos impressions du dernier mois de voyage, de Stockholm à Paris.

Quiétude suédoise

La Suède invite au calme et à la méditation : pays peu peuplé, très nature (des grandes forêts, de très nombreux lacs aux petites plages désertes, le bivouac sauvage autorisé partout) et des suédois très très peu intrusifs. C’est la première fois que nous sommes si peu accostés avec notre drôle de vélo (à priori par peur de l’indiscretion). Pourtant ici, pas de barrière linguistique : de l’écolier au retraité, tout le monde parle anglais couramment ! Tout ceci, et le fait que nous réalisons que nous vivons notre dernier mois de voyage, nous incite à nous replier un peu sur nous-mêmes : peu de rencontres donc ! C’est l’occasion de faire le bilan de notre belle année. Mais du coup, nous en avons peu appris sur les coutumes de ce pays, classé 1er sur les plans écologiques (nous aurons juste noté la bonne organisation sur la gestion des déchets et les machines à laver collective dans les immeubles) et sur l’égalité homme/femme notamment (nous avons pourtant vu des toilettes payantes pour les femmes mais pas pour les hommes à Stockholm !).

DSC07881

 

Ville à la danoise

Au Danemark, c’est la découverte de la riche Copenhague (une des villes au plus important PIB par habitant au monde) qui nous a marqués : très belle ville, vivante, animée, bien aménagée pour les cyclistes et les piétons, et très (trop ?) propre ! Les voitures d’un côté, les cyclistes d’un autre (cf. notre article précédent sur la condition du cycliste vélo et cet article sur le classement des villes cyclables). Les CSP++ d’un côté (des jolies petites rues résidentielles, proche du centre ville), des bobos d’un autre (dans les anciens quartiers ouvriers) et les hippies/punk/ou autres personnalités en recherche d’un autre modèle de société à Christina, un des plus vieux quartiers auto-géré en Europe, autoproclamé ville libre en 1971, que la municipalité essaie de faire disparaître. On retrouve à Copenhague la complexité du monde occidental de nos jours.

DSC08076

 

En Allemagne : maïs, bières et saucisses !

Au départ conquis par la campagne allemande, avec ses jolis pistes cyclables et ses belles fermes en briques rouges, nous nous sommes finalement assez vite lassés de la monotonie paysagère : les bois succédant aux champs de maïs alimentant des méthaniseurs, et le tout étant très très plat ! Nous avons donc vite atteint la région frontalière avec la Belgique, plus boisée et vallonnée. On en a quand même profité pour goûter les spécialités locales (retrouver de la bonne bière notamment !) et visiter des amis à Dortmund, ville industrielle, et y faire une visite très intéressante d’une ancienne cockerie. Mais à 15 jours de l’arrivée, il faut dire également que l’excitation de retrouver nos proches à pris le dessus ! On est désormais pressés d’être en France, et ne faisons plus beaucoup de pauses touristiques !

DSC08235

 

Coup de cœur ardennais

Les Ardennes belges nous ont ravis ! De jolis paysages forestiers et vallonnés, des frites et des gaufres à volonté pour les cyclistes (le retour à la vie normale va être dur dur !) et surtout des wallons très chaleureux ! Première invitation spontanée depuis notre retour en Europe chez Claudine : alors que nous nos arrêtons juste demander de l’eau, nous sommes invités à l’apéro puis au dîner (délicieuses boulettes sauce chasseur, spécialité de Liège) avant même d’avoir ôté nos casques ! Superbe soirée avec notre hôte, Remy, Cat et leurs enfants. Le lendemain, re-belotte chez Alice et Philippe, qui voyagent à vélo avec leurs 2 petites filles. De très belles rencontres !

DSC08320

 

Retour dans notre belle France !

Nous ne sommes pas particulièrement patriotes (nous n’avons d’ailleurs jamais mis de drapeau français sur notre vélo comme le font beaucoup de cyclistes) mais on doit avouer que ça nous fait un petit quelque chose de passer cette frontière du retour chez nous ! Nos 300 derniers km de la frontière belge à Paris passent très vite : une partie de nous est déjà un peu arrivée, nos discussions quotidiennes tournent essentiellement autour de notre future vie sédentaire à Angers. Et bonne surprise : ce n’est pas la morne plaine attendue. Nous arrivons à nous tracer un itinéraire varié entre zones forestières, vallées, plateaux agricoles, routes historiques (le Chemin des dames) et beaux villages et châteaux. Nous sommes même contents de retrouver les champs de betteraves sucrières : rappelez-vous, le 2e jour de notre voyage, nous étions accueillis par les élus de Bono-Bonneveaux à la fête annuelle de la betterave. 11 mois après, nous voici revenu dans une région agricole sucrière voisine où nous visitons une exploitation agricole de grandes cultures qui a eu la bonne idée de diversifier ses activités en montant une confiserie à la ferme. De la betterave au bonbon : nous avons bel et bien le sentiment d’avoir bouclé la boucle !

DSC08403

Les Pignons Voyageurs

%d blogueurs aiment cette page :