Le projet des Pignons Voyageurs

Partir une année à vélo sur les routes d’Europe et d’Asie

 

Une année d’aventures à la rencontre d’autres cultures, paysages et modes de vie ; nous-mêmes troquant notre rythme parisien vélo-boulot-copains-dodo pour un rythme de cyclo-randonneurs vélo-dodo-vélo-dodo ! Ingénieurs agronomes de formation et de profession, nous aimerions profiter de ce voyage pour mieux comprendre les agricultures des territoires que nous traverserons.

Mois de Voyage

Pourquoi en vélo ?

Comme beaucoup de cyclo voyageurs, nous pensons que le vélo rassemble beaucoup d’avantages pour le voyage au long cours :

  • Un mode de transport relativement lent et « sans habitacle », facilitant à la fois le contact avec la nature et le paysages, et les rencontres ; mais tout de même assez rapide pour combler notre soif de découvertes
  • Un mode de transport sportif aussi, engendrant la satisfaction de parcourir le monde juste à la force de nos mollets
  • Et surtout sans pétrole ni électricité, car il s’agit d’un moyen de transport encore inégalé sur les plans économique et écologique !

Pourquoi avec le tandem Pino de chez Hase?

Nous avons décidé de partir sur un vélo un peu particulier, un tandem « mixte », la position avant étant « assis-couché », la position arrière classique, sur une selle. Il s’agit du modèle Pino de chez Hase. Nous avons eu l’occasion de randonner plusieurs semaines sur ce vélo, à l’occasion de  nos précedentes vacances d’été, et nous lui trouvons de nombreux avantages :

  • c’est un vélo convivial : on peut facilement discuter et celui de derrière n’a pas le nez dans le dos du premier comme sur un tandem classique. Convivial aussi par l’intérêt qu’il suscite.
  • c’est un vélo finalement assez maniable, pour un tandem en tout cas! Sans doute parce que le centre de gravité est un peu abaissé. Et du coup nous avons la possibilité de pouvoir échanger de positions, ce qui n’est pas évident sur un tandem classique.
  • c’est un choix solidaire : en tandem, les deux arrivent au même endroit au même moment! Quand l’un a un coup de mou/mal au genou/envie de faire la sieste, l’autre est là pour faire avancer tout l’attelage!
La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. Albert Einstein

Voyager, c’est donner un sens à sa vie, Voyager, c’est donner de la vie à ses sens.

Alexandre Poussin

On croit qu’on va faire un voyage mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait.

Nicolas Bouvier

Le trajet des Pignons Voyageurs

Le choix de notre itinéraire s’est plus ou moins construit autour de la  mythique « Route de la soie », culturellement riche, et alimentant le rêve de nombre de voyageurs au long cours.

Nous prendrons la route au départ de Paris ; ce n’est pas encore la Route de la soie, mais nous avions envie de partir « de chez nous ». Nous nous dirigerons d’abord vers le sud de l’Europe – Italie, peut-être Albanie, puis la Grèce avant de basculer en Orient.

C’est en Turquie que démarre  ce qui fut la « Route de la soie », ancien faisceau de routes commerciales entre l’Asie et d’Europe (entre Antioche, en Turquie et Xi’an en Chine), par lequel transitaient de nombreuses marchandises, notamment la soie, d’où elle tire son nom. Le trajet précis est encore incertain et nous aurons sans doute à l’adapter pour tenir compte du climat (nous serons là-bas au cœur de l’hiver).

A l’arrivée du printemps, nous poursuivrons ensuite en Iran, ancienne et mythique Perse, avant de découvrir les pays d’Asie centrale (Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan) et les montagnes du Pamir. Puis ce sera le Kazakhstan ou la Chine avant la Mongolie, point d’orgue du voyage. Là aussi, itinéraire à préciser le moment venu.