La série des articles « bilans » continuent en cette fin d’année 2018. Le rythme a un peu baissé, on le reconnait, mais il faut dire que nous sommes par ailleurs bien occupés… Après le bilan par l’interview, après le bilan chiffré, voici le bilan par le superlatif ! C’est une question très fréquente que l’on nous pose : « quel a été votre pays préféré ? », « où avez-vous le mieux mangé »,… Voici donc quelques réponses, même s’il n’est pas toujours facile de faire un choix… Et pour nous, c’est l’occasion de faire marcher la machine à souvenirs pendant que c’est encore frais !

Notre plus beau bivouac

DSC06269

On se rappellera longtemps d’une nuit bien fraiche dans un coin bien perdu du Pamir. La journée avait été longue et ardue, sur des pistes défoncées, avec un sacré raidillon pour terminer. Nous avons posé la tente pas loin de quelques bergers qui nous ont offert un peu de thé au passage, du pain et de la vodka ! Au matin, le soleil éclaire les crêtes qui se sont légèrement enneigées pendant la nuit : grandiose !

On a aussi aimé : Le bivouac du 302ème jour au bord d’un joli lac suédois – Les bivouacs en Grèce, au bord de la Mer Ionienne – Le bivouac dans un vieux Caravansérail en Iran.

La plus belle journée de vélo

DSC03915

On se rappellera longtemps de l’étape Majoun-Rasht, dans les monts Albrouz en Iran. Une belle diversité de paysage : depuis la montagne encore un peu enneigée aux plantations de thé et aux rizières en bord de Caspienne, en passant par de grandes vallées forestières. Et en prime : des ammonites sur le bord de la route et Masouleh, joli village en pisé à flanc de montagne. On garde également des souvenirs tr-s fortes de nos journées tadjiks et kirgizs, toutes plus belles les unes que les autres, où nous en avons pris plein les yeux pendant 3 semaines !

On se souviendra également : De notre journée sur la côte Almafitaine – Des gorges de l’Ardèche – De la traversée nord-sud de la Crète et la découverte de sa côte méridionale, sauvage et escarpée.

L’étape la plus dure

DSC00606

On se rappellera longtemps de notre 3ème étape italienne : après un rapide passage par Gênes, on s’attaque aux montées-descentes des Cinque-Terre sous une bonne bruine. On ne sait plus si on est mouillés parce qu’on transpire sous le gore tex ou si c’est à cause de la pluie qui s’infiltre. Après une longue après-midi on échoue dans une petite ville de la côte où il est impossible de trouver une chambre d’hôtel et où les campings sont fermés. On s’installe plus ou moins bien cachés sur la terrasse d’un restaurant de plage devant lesquelles tournent des voitures louches…

On a aussi souffert : Sur notre étape record de 150km, dont 147 escortés par une voiture de police chinoise – Le jour où on a re-cassé notre cadre en Turquie et où on a du faire demi-tour face au vent – Sous le soleil au Turkmenistan, à engloutir 500km en 5 jours.

La plus grosse frayeur

DSC07473

On se rappellera longtemps avoir bien cru ne pas pouvoir monter dans le train Almaty-Astana, seconde étape de notre transfert vers l’Europe du Nord. La cheffe de wagon est catégorique : notre vélo n’est pas autorisé dans ce train. Tout le bel enchainement de transport et de visa russe s’effondre. Elle appellera tout de même le chef du train qui acceptera finalement de nous laisser le mettre dans la locomotive.

On a aussi eu peur : Lorsqu’on a découvert notre cadre cassé le lendemain de Noël – Pendant la 277e nuit avec 2 ouvriers chinois dormant à 100m de notre tente et dont on craignait qu’ils ne nous voient, s’inquiètent et appellent la police.

La meilleure bouffe

DSC00892

On se rappellera longtemps de la bouffe italienne. Bien la peine de partir si loin me direz-vous… Mais tout de même, il y a dans ce pays un vrai souci du bon produit et du bien manger, et en même temps une certaine simplicité dans la cuisine. La mozzarella en Campanie, la pizza napolitaine, les viennoiseries, la soupe de fève de Luigi, les gnocchis aux champignons des Cinque Terre, les espresso tous les après-midi, les sandwiches d’All Antico Vinaio à Florence, l’huile d’olive des Pouilles…

On a aussi aimé : La cuisine iranienne, entre monde méditerranéen et Asie – Les pâtisseries turques dégustés dans les cafés chics d’Istanbul – Retrouver des produits familiers à notre retour en Suède.

Les rencontres les plus marquantes

DSC00646

On se rappellera longtemps de ce petit couple italien, près de Florence, qui nous accueilli avec beaucoup d’attention alors que nous venions de crever pour la première fois et que la nuit était en train de tomber. A force de persuasion ils ont réussi à nous faire dormir dans leur propre lit pendant qu’eux se sont retrouvés sur des petits lits superposés destinés habituellement à leurs petits-enfants ! Cette rencontre nous a d’autant plus touchés et nous nous en rappelons d’autant mieux que c’était la première fois que cela nous arrivait.

On a aussi passé de supers moments avec Stefano & Claudia à Florence, Neda & Jorgio, Monica & Enzo dans le sud de l’Italie, Alex avec qui nous avons passé une soirée « jeu de pistes » à Athènes, Coraline et Gursel à Istanbul que ne remerciera jamais assez pour leur hospitalité, leur accueil et leur amitié, Kayahan à Erbaa avec qui on a vidé quelques bouteilles de Rakeu… (le pastis local), Christine dans les Ardennes belges qui nous a régalé de sa spécialité, Ali et Messi & leurs familles à Tabriz, Ahmed & Elham & leurs amis à Mashad, Aboutalib à Khalgkhal qui nous a merveilleusement intégré à la préparation du nouvel an perse, pleins de collègues cyclo, Nous en oublions forcément, et on s’en excuse !

Les plus belles images

DSC01805

On se rappellera longtemps de ces images de la Crète. Le temps changeant nous a offert nos lumières préférées : rayons de soleil sur nuages noirs. Avec options mer bleue, arc-en-ciel et oliveraie. A vrai dire on l’avait un peu oublié parce que la Crète ça a aussi été un peu de mauvais temps, du vent et surtout la casse de Roméo. Mais en triant les photos on s’est largement réconcilié avec ce beau coin de Méditerranée. Une belle destination cyclo, pour un printemps par exemple.

On mettra aussi dans nos albums : La côte Almafitaine – Le Pamir – Les faïences iraniennes, Les montagnes verdoyantes kirghizes peuplées de chevaux en pseudo-libertés et parsemées de yourtes à perte de vue

Nos plus belles visites touristiques

DSC04788

On se rappellera longtemps des mosquées et palais iraniens (le palais de Chehel Sotoun notamment). Dépaysement garanti à Yazd, surprenante ville n plein désert à l’architecture traditionnelle en pisé et aux nombreuses « tours de vent » qui en font son charme. On a particulièrement adoré Ispahan, où nous aurions pu flâner quelques jours supplémentaires autour de la place principale, à l’atmosphère délicieuse. Sur un autre registre, Julien garde un super souvenir de la visite de la Grotte Chauvet, en Ardèche. Proche de chez nous mais un voyage dans le temps marquant, qui fait marcher l’imaginaire. Un rêve de petit garçon aussi pour Julien, qui se souvient encore d’en avoir entendu parler à la radio au moment de sa découverte en 1994.

On a aussi aimé : Pompéi, autre plongée dans le passé – Athènes, où nous avons été si bien accueilli par la jeunesse grecque – Istanbul, que nous avons eu la chance de découvrir sur 3 semaines, nous laissant le temps de découvrir les quartiers moins touristiques mais tout aussi intéressants et vivants – Les capitales d’Europe du Nord : Stockholm, Copenhague, Moscou et Saint-Pétersbourg, traversés un peu au pas de course.

Audrey & Julien, Les Pignons Voyageurs

%d blogueurs aiment cette page :